Un été qui a changé le visage de « l’Autre » au cinéma

Toujours dans l’idée que le cinéma peut se voir à la façon d’un portrait chinois, avec un impact profond sur la société professionnelle, l’été 1982 représente un tournant dans le cinéma américain et la société occidentale.

Un excellent documentaire diffusé récemment sur Arte – de Jacintho Carvalho et Johan Chiaramonte – parle des 9 blockbusters sortis en 9 mois de temps cette année-là, dont la plupart à l’été 1982.

Blade Runner, The Thing, Rocky III, Conan le Barbare, Mad Max 2, Poltergeist, Star Treck 2, Tron et ET, l’Extra Terrestre!

Que de succès au box office qui ont laissé leur trace dans la culture populaire.

Pour citer la dernière phrase du documentaire :

« Cet été 1982 représente un tournant dans l’histoire du cinéma américain. Ils sont les derniers films indépendants des grands studios, sombres et visionnaires ».

Socialement, l’Amérique sort ébranlé de la guerre du Vietnam et du Watergate. C’est aussi la fin du mouvement hippie et une entrée massive dans l’Eldorado de la surconsommation comme condition au bonheur.

Ces films parlent tous plus ou moins d’un monde post apocalyptique où l’homme se confronte à un monstre, que ce soit par le biais de gros bras téstotéronés, comme Rocky, Conan ou Mad Max ou par le biais des nouvelles technologies de Blade Runner, Tron, the Thing ou Poltergeist.  

 

L’Autre désormais doit être affronté, maîtrisé … et accepté.

 

Le monstre y prend plusieurs figures. Mais il est toujours question d’un monstre, d’un ennemi à combattre. Le monstre c’est toujours l’Autre, mais ce qui se dessine plus finement est que l’Autre c’est aussi la bête qui vit en nous. Beaucoup de ces films évoquent la volonté d’affronter le mal, pour atteindre l’espoir que nous saurons dompter la bête

Dans Poltergeist, le monstre est même dans la maison, et pire dans la télévision. Il doit être « maitrisé ».

Là où The Thing, de John Carpenter est le premier film qui « montre » la bête et fait entrevoir une possible fin du monde, E.T., sorti en même temps montre une figure positive de l’Autre. L’Autre n’est pas un monstre. Il est amour. Mais il fait aussi état de l’incommunicabilité humaine : quand l’Un dit « Viens », l’Autre dit « Reste » !

Dans Blade Runner, l’Autre, littéralement le Réplicant « celui qui est copié », en mourant montre une conscience de sa vulnérabilité et futilité : « Tout ces moments se perdront dans l’oubli comme les larmes dans la pluie. Il est temps de mourir ».

Cet été 1982, l’Autre est regardé, affronté et accepté. Il est comme une allégorie de l’entrée dans une nouvelle ère de la communication.

De la même manière, professionnellement l’Autre est souvent vu comme un ennemi, mais en le rencontrant, en l’observant, il est possible de comprendre ses motivations, de l’accepter comme différent, et enfin d’entrer en réel contact avec lui.  Comme Elliot avec E.T., l’Extra Terrestre

Parfois, cet Autre, cet ennemi, c’est nous. Nous possédons tous une face cachée, que nous n’aimons pas toujours constaté mais qu’il faut savoir affronté et accepté, comme Carol Ann, la petite fille de Poltergeist qui passe de l’autre côté de l’écran et s’y retrouve enfermée jusqu’à ce que ses parents viennent la libérer …

 

La production de cet été emblématique est encore avec nous : Games of Throne, Stranger Things, Creed et autre Avengers sont des versions évoluées des films de cette année-là. Les productions sont aujourd’hui autrement plus industrialisées certes, mais la catharsis par l’apocalypse et la rencontre de l’Autre en restent les éléments principaux.

 

 

Claire Laugier Breton

Claire Laugier Breton

Spécialiste des Ressources Humaines et de la Communication

Thème MAD MEN

MAD MEN En ces temps de pandémie mondiale, je vous propose une "semaine Mad Men": Une série qui parle d’hommes tourmentés, de femmes qui s’émancipent, d’une société de consommation qui prépare sa chute et qui fait de l’Amour un...

Mad Men 1/4

Mad Men et le biais de confirmation : « It’s toasted ! » Le biais de confirmation est un concept bien connu en psychologie sociale et un travers profondément humain. Mad Men en fait une très jolie démonstration dans son épisode...

MAD MEN 2/4

Évolution de la figure féminine dans Mad Men De la fille facile à la femme puissante Mad Men commence mal pour les femmes ! Quand un publicitaire suffisant voit une de ces collègues avoir une « bonne » idée, il s’écrit : « It...

MAD MEN 3/4

MAD MEN ou la virilité tourmentée   Vers une virilité résolument plus moderne Mad Men fait d’abord état de l’archétype de virilité dans le personnage de son héros. Don Draper, ce mal Alpha : Beau, brun viril, au vrai...

MAD MEN 4/4

Influence et persuasion en 4 étapes   Pourquoi Don Draper est-il un vrai leader? Don est l’archétype de nos leaders modernes. Il est charismatique car il manie à merveille l’art de la persuasion. Il sait raconter des...

2001, Odyssée de l’Espace

Le propos de ce blog : une odyssée de cinéma J’ai créé ce blog pour ouvrir des pistes de réflexion sur nos vies professionnelles, à travers un angle différent : celui du scénario de cinéma ! Parce que le cinéma, média collectif...

Le film de survie en ces temps de confinement

Le confinement : Une ouverture vers de nouvelles voies d’adaptation Quand le film de survie apprend à voir le monde autrement Vous êtes peut-être comme moi, confiné chez vous, dans une ville réputée pleine de possibilités,...

Inception

Réalité et perception : la carte et le territoire   Après Matrix, dans la série des films métaphysiques avec plusieurs niveaux de lecture, j’appelle Inception, de Christopher Nolan, objet méta-filmique par excellence ! Cette...
Share This